Découverte de la biodiversité

Avez-vous déjà entendu parlé d’Isabelle ou de Rosalie ? Ces insectes remarquables sont pourtant considérés comme quelques-uns des joyaux de la faune française et européenne. Nature préservée, la vallée accueille un espace NATURA 2000, regroupant un ensemble de zones fragiles, dont l’objectif est de contribuer à préserver la diversité biologique. Les espèces animales et végétales que l’on y trouve sont donc d’un intérêt particulier.

La flore que vous observerez au cours de vos randonnées dans nos montagnes est variée : les  Gentianes (il en existe plus de 10 espèces), les Orchidées qui fleurissent dès le mois de mai, le Lys qui ne passe pas inaperçu dans les clairières, et bien d’autres fleurs peuvent être trouvées dans les alpages verdoyants ou les crêtes de la Grande Montagne culminant à 2700 m d’altitude.

Cette nature est vulnérable et nous devons sans cesse préserver la richesse de ces lieux.

La faune est également remarquable. Depuis les espèces dites « prestigieuses » (bouquetin, aigle royal, loup…) jusqu’au monde discret des insectes et des oiseaux, certains attireront particulièrement l’attention, comme la gélinotte des bois, le tétras lyre ou les batraciens que vous observerez dans des eaux généralement limpides, comme celles des lacs du col bas.

Quant au loup, très difficile à apercevoir en raison de sa crainte de l’homme, il a effectué un retour dans la région après 70 ans d’absence.

Des chamois qui arpentent la pelouse alpine, des marmottes faisant le gué, un renard à l’affût du moindre bruit… prenez le temps d’observer ces animaux. Vous serez chaque fois charmés et surpris par leurs prouesses, leurs adaptations multiples et ingénieuses.

Vous aurez peut-être plus de chance d’être vus que de les voir. Mais en observant bien la nature, vous trouverez sûrement des indices laissés dans un peu de boue ou de neige. Silencieusement, vous pourrez contempler ces espèces dans leur vie quotidienne…

Espaces naturels sensibles

Beauté mais surtout vulnérabilité. Le territoire s’engage pour la préservation des milieux naturels abritant des espèces fragiles. Respectons les sentiers balisés, emmenons avec nous nos
déchets, ne cueillons rien sur le milieu. Phénomène rare : les lacs du Col Bas ont été envahis par des plantes qui se sont accumulées et les ont comblé en partie, constituant un milieu humide original. La décomposition des matières organiques n’est pas totale et donne sa couleur noirâtre aux lacs, tout en formant des couches de tourbe au rythme de 3 à 4 cm par siècle. Chaque couche conserve des débris d’êtres vivants disparus au fil des siècles et permet de reconstituer les milieux des différentes époques. Les habitants des marais humides d’altitude ont vu leur territoire reculer avec l’assèchement des terrains et l’urbanisation. Le criquet ensanglanté doit son nom à la couleur de certaines femelles qui présentent une livrée verte plus ou moins maculée de rouge sang, le mâle ne conservant que la couleur rouge à l’arrière des fémurs, caractère propre à l’espèce.