60 boules de neige pour Le Grand-Puy

1

3

Installée en plein cœur de la vallée de la Blanche (Blanche Serre-Ponçon) depuis les années 60, la petite station familiale du Grand-Puy est considérée comme la porte d’entrée des stations des Alpes du Sud. A deux heures de la métropole Aix-Marseille, à une demi-heure du boulevard Gassendi de Digne-les-Bains ou encore à une heure de Manosque, cité de Giono, la proximité et la facilité d’accès sont les premiers atouts de la station.

Le Grand Puy fête son 60ième anniversaire cette année et l’heure de la retraite ne semble pas avoir sonné ! Au contraire, la station garde sa jeunesse, régulièrement désignée comme favorite des enfants pour l’apprentissage du ski. A l’occasion de cet anniversaire, il nous semblait important de mettre à l’honneur cette station familiale et de redécouvrir son histoire et ses différents charmes.

On ressort sa tenue vintage, avec la tarte, le fuseau, l’ancestrale paire Vuarnet à lacets, les skis à carres vissées, les fixations à lanières… et c’est parti !

Vue sur la station du Grand Puy (@AD04)

La doyenne des stations du Pays de Seyne

Dans le pays de Seyne, le ski de piste se pratique depuis les années 20. En effet, dans les prairies du col de Maure, près du Pont Rouge jusqu’aux pentes du col du Fanget, où un remonte-pente est déjà installé, les skieurs ont pour habitude de se délecter de la beauté tranquille et fraîche du paysage.

Protégée du vent du nord par les plus hauts sommets de la Blanche (qui culminent entre 2500 et 3000 m), et par son exposition privilégiée avec ses pentes tantôt escarpées et parfois plus douces, la belle montagne du Grand Puy était prédisposée à être aménagée en station de ski.

Le projet de station fut impulsé par la Mairie de Seyne les Alpes pour répondre à l’engouement grandissant pour la pratique du ski. Les travaux connurent des épisodes épiques, notamment à la toute fin, quand il fallut hâler les câbles du téléski jusqu’au sommet à l’aide de six gros chevaux de trait, parce que la machine avait rendu l’âme ! Les ultimes efforts ont permis l’ouverture de la station en décembre 1959 et furent récompensés d’une épaisse couche de neige. Le Grand Puy devenait ainsi la première vraie station de ski du Pays de Seyne, doyenne des stations de Blanche Serre-Ponçon.

Ancienne carte postale du Grand-Puy dans les années 60 (@Collection-jfm.fr)

Le ‘grand’ : remontée mythique

Au bas des pistes, la station se développe dès le début grâce à l’implication des familles locales. Deux d’entre elles fondent le Perce Neige en 1962 (snack et location de skis) et une troisième (famille Chabrand) installe l’Ecole de Ski Français (ESF) la même année, puis une boutique de location de ski trois ans plus tard.

Grâce à la station, l’effervescence du ski s’installe progressivement dans les environs. Deux éleveurs du hameau de Maure vont ériger deux nouveaux téléskis sur leurs terrains. Le « Pré du Puy » et la « Maternelle » font leur apparition en 1966. Malheureusement, les deux gérants ne s’entendront jamais sur leur stratégie commerciale, au grand dam des skieurs qui devront donc acheter deux forfaits différents (« verts » ou « rouges ») pour utiliser les téléskis.

En 1980, le Grand Puy, ouvrira un nouveau télésiège pour atteindre l’altitude 1600. La station se modernisera jusqu’à son réaménagement en 2016, année durant laquelle elle remisera son mythique téléski : le T100. Toute station possède au moins une remontée mythique ! Ici, le « grand » était incontournable autant que craint. En effet, par endroit la remontée pouvait vous faire décoller de plus d’1.5m au-dessus du sol ! Et certains Dignois, Manosquins ou Marseillais disent encore qu’au Grand Puy, on apprenait à voler autant qu’à skier.

Téléski du 100, années 60 (@Gilbert Mathieu)

Au top !

Tout en haut de la station et quelque soit la saison, l’on profite d’un panorama rare et majestueux sur les montagnes environnantes : une vue à 360 degrés. La position particulière de la montagne fait que son sommet bénéficie d’un vaste dégagement qui permet de voir au lointain. Pour cela, on accède à la cîme par le nouveau télésiège des Crêtes, inauguré en décembre 2016, qui monte à 1800 m d’altitude. A l’arrivée, la sensation est immédiate !

Quel que soit l’endroit où notre regard se pose, de gauche à droite, du Nord au Sud, on ne saurait dire quelle partie présente le plus beau paysage. Demandez donc au pisteur qui est en poste dans la cabane (la plus enviée de la station !) de vous expliquer les sommets qui vous entourent. Au nord, le massif est bordé par la crête de la chaine de la Blanche qui, de l’Estrop, conduit jusqu’au Fort de Dormillouse surplombant la station de Montclar et jusqu’aux immanquables falaises de Rocheclose. En contrebas, se distinguent le village et la citadelle de Seyne les Alpes entourés de leurs champs et bocages. Au lointain se dressent la forteresse du Pic de Bure et les Écrins… En se tournant vers le sud, vos yeux découvriront le sommet du Blayeul, les contreforts du massif des Monges qui abrite Chabanon, 3ème station de Blanche Serre-Ponçon. Plus à l’Ouest, vous apercevrez le Mont Ventoux et, au Sud, le massif de la Sainte Baume à côté d’Aubagne et de Marseille.

Si vous n’êtes pas skieur, l’accès à ce point de vue extraordinaire ne sera pas un problème. Deux alternatives se présentent à vous. Vous avez la possibilité d’un itinéraire en raquettes depuis la station jusqu’au sommet, en longeant les crêtes du Grand-Puy avant de redescendre tranquillement, à l’écart du domaine skiable, par le bois du Puy. Autre possibilité : la montée peut se faire aussi bien en télésiège !

Sommet du Grand-Puy, vue panoramique sur la chaîne de la Blanche (@Thierry Borel)

Une station pour la famille

Tracées entre 1360 et 1800 mètres d’altitude, les 14 pistes de ski alpin que compte la station serpentent sur 22 km, alternant pentes raides, des passages vallonnés et des replats, propices à l’apprentissage de ce sport d’hiver.

La vocation principale de la station est de proposer aux familles le plaisir du ski et de la neige, dans un cadre de simplicité absolue et dans une ambiance naturellement conviviale. Les tarifs font le choix de la douceur aussi : 18,50€ la journée et 13,50€ pour les enfants.

Les skieurs chevronnés profiteront des 3 pistes noires et 5 pistes rouges pour enchainer virages appuyés et courbes soigneusement taillées. Les grands skieurs de la région s’y sont d’ailleurs illustrés à la grande époque du « Grand-Prix du Puy » ou de la « Course des Lundistes » avec ses 450 m de dénivelé !

Les skieurs de niveau intermédiaire feront leur gamme sur les 2 pistes bleues que compte la station. Quant aux débutants, ils réaliseront leurs premières descentes dans l’aire sécurisée du Jardin d’Enfants : un espace dédié et encadré par des moniteurs de l’ESF. Ils pourront aussi essayer la piste verte, au nom évocateur « la Ribambelle ».

Les familles peuvent s’amuser sur la piste de luge de la station qui est en accès libre. On Déchausse les skis pour dévaler la pente et profiter de la poudreuse !

Pendant les vacances d’hiver, les jours se suivent mais ne se ressemblent pas : concours de pétanque sur neige, courses de luges « déguisés », Soirées Lumières avec chasse au trésor, descente aux flambeaux et feu d’artifice, courses de ski ou encore « Boum parties » pour les enfants…

 

@ESF du Grand-Puy

Connexions naturelles

Quand l’enneigement le permet, Le Grand-Puy est relié au site nordique du Fanget par une splendide piste de ski de fond. Tracée sur 10 km, elle traverse la forêt de Fissac pour rejoindre le col du Fanget. A l’autre bout, un chocolat chaud bien mérité vous attend dans le foyer du ski de fond…

Et pour ceux qui aiment le ski nordique, le Grand Puy passe en mode Télémark tous les mardis ! Le rendez-vous est fixé à 14h au pied du télésiège. Les adeptes s’y retrouvent pour pratiquer ce ski ancestral, plein de sensations naturelles : talon levé, genou en avant pour dessiner une belle révérence. Cette élégance gestuelle se double d’une liberté de mouvement. Chaque semaine durant la saison hivernale, les débutants peuvent aussi s’initier gracieusement avec mise à disposition du matériel !

Télémark au Grand-Puy (@Asso. Vallée du Bès)

Chaud patates !

La station est dotée de tous les services nécessaires à l’organisation d’un séjour à la montagne : école de ski (ESF), deux magasins de sport proposant la location de matériel ainsi qu’un pub-restaurant, Le Chalet.

Un restaurant oui, mais pas n’importe lequel, une INSTITUTION, un établissement familial dont l’histoire se confond avec celle de la station. Ouvert la même année, il était autrefois buvette, restaurant, caisse des remontées mécaniques et poste de secours !! Il a vu se succéder trois générations, soucieuses de maintenir l’esprit originel : un lieu d’échange ouvert à chacun, un lieu de partage et même, un lieu de rencontres !

Les habitants locaux comme les vacanciers aiment s’y retrouver, profiter de la cheminée, avec un cocktail maison, une planche de tapas ou encore la célèbre spécialité du Chalet « la Patatine » : tout un plat autour des fromages !

Sur la terrasse, on peut siroter un vin chaud et admirer la vue, tout en gardant un œil sur ses enfants, restés sur les pistes de ski pour s’amuser avec leurs nouveaux copains. Chaque samedi soir, pour fêter le début ou la fin d’un excellent séjour au Grand-Puy, on vient ici pour danser au son de musiques live, dans une ambiance que seul Le Chalet sait honorer.

Du Ski oui mais pas bling-bling !

« En tant que Dignois je noue depuis longtemps une relation forte avec les stations du massif de la Blanche. Depuis mon plus jeune âge, c’est ici, au Grand Puy, à Chabanon et à Montclar que j’ai pour habitude de venir poser mes spatules en hiver. Je viens pour la proximité bien sûr, mais pas que : pour l’ambiance, aux antipodes du côté « bling-bling » des grands domaines. Ici, il y a une âme vraie qui fait toute la différence. On ne se sent pas comme un pion dans la (petite) file d’attente aux remontées mécaniques ou au resto d’altitude, on peut facilement discuter avec un perchman, un moniteur …

Je viens pour la neige aussi : et oui, mes meilleurs spots de poudre sont ici. Et je défie quiconque de dire le contraire après avoir goûté à une ½ journée de glisse au lendemain d’une bonne chute de neige.

Ma femme a appris à skier au Grand Puy, « sa station » !

Dès lors, il nous est apparu naturel de vouloir transmettre ce lien affectif à notre fille. Nous l’avons donc inscrite il y a  4 ans au club Piou-Piou du Grand Puy. Et c’est drôle, avec ses yeux d’enfant, nous avons appris à redécouvrir cette station et l’esprit qui y règne… et cela n’a fait que renforcer davantage notre attachement pour ce lieu.

L’hiver dernier, croyant lui faire plaisir, nous avons voulu lui montrer à quoi ressemble une « grande station ». La réponse ne s’est pas fait attendre : « c’est trop loin, c’est trop grand, c’est moins joli, ça manque d’arbres … et surtout la crêpe est franchement moins bonne ! C’est tout dire ! »

Philippe Léouffre et sa fille, skieurs de longue date dans les stations de la Blanche

Histoire sans fin

Cette année le Grand-Puy fête ses 60 ans. Soixante années de bons et loyaux services où la station a œuvré  sans cesse à l’accueil de générations de skieurs. Au fil des ans, elle a su évolué prenant une ride de-ci de-là, certes, mais elle s’est adaptée dans un seul et unique but, celui d’offrir et partager le plaisir de la montagne et du ski à toute la famille ou entre potes. La station a aussi su préserver une taille humaine, et rester accessible, ce qui lui garantit une étonnante personnalité. C’est ce que l’on retient quand on découvre cette petite station. Pas étonnant dès lors que l’on en garde un agréable souvenir !

C’est sûr, au Grand-Puy, votre séjour à la montagne prendra une véritable dimension humaine. Vous repartirez comblés, reposés, avec le sentiment d’avoir vécu des vacances au ski comme si l’on était chez soi… et qui sait, avec une envie très forte d’y retourner…

Commentaires - 1 commentaire

Raphael Sage - Le 4 février 2019
Joyeux anniversaire le Grand Puy ! Et l'été, il y a plus la neige, mais la montagne ne bouge pas ! ;-) Et l'on peut profiter tout autant du payasage, du bon air... et de l'esprit de la station.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*